Comment les médias traitent-ils la crise de l’accueil des réfugiés?


“Il y a d’abord eu une phase d’indifférence de la part des médias où on parlait peu du problème. La crise de l’accueil des réfugiés n’a pas commencé la veille de publication de la photo du petit Aylan. Je pense qu’on est passé du stade de l’indifférence à la sensation, puis à la douleur que suggérait cette photo et aujourd’hui on évolue vers la prise de conscience et le démontage de certaines idées reçues. Je trouve donc que la presse est en train de faire du bon travail sur la question”, a déclaré Ricardo Gutiérrez, Secrétaire général de la Fédération européenne des journalistes (FEJ), lors d’un débat sur Télé Bruxelles abordant le traitement médiatique de la crise européenne de l’accueil des réfugiés.

Interpellé sur le rôle des forums et des réseaux sociaux, André Linard, Secrétaire général du Conseil (belge) de déontologie journalistique, rappelle que la liberté d’expression est la règle et que les interdits doivent rester exceptionnels mais aussi que “déontologiquement, les médias ont la responsabilité de ne pas être des vecteurs de messages de haine ou des supports de messages illégaux comme des incitations à la haine raciale, discrimination, négationnisme, etc.”

L’intégralité du débat animé par le journaliste Jean-Christophe Pesesse est disponible ici sur le site de la chaîne de télévision publique bruxelloise régionale.