38 journalistes et blogueurs européens interdits d’accès au territoire ukrainien


La Fédération internationale des journalistes (FIJ) et la Fédération européenne des journalistes (FEJ) ont fermement condamné aujourd’hui la décision du président ukrainien, Petro Poroshenko, d’interdire d’accès au territoire ukrainien au moins 38 journalistes et blogueurs internationaux pour une période d’un an.

Signé hier puis publié sur le site officiel du président, le décret présidentiel nomme expressément  388 personnes représentant une « menace réelle ou potentielle pour les intérêts nationaux, la sécurité nationale, la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine. » La FIJ et la FEJ appellent le gouvernement ukrainien à supprimer les noms des journalistes présents sur cette liste.

Petro Poroshenko a déclaré que cette liste ciblait les personnes impliquées dans l’annexion russe de la Crimée en 2014 et dans “l’agression en cours” de l’Est de l’Ukraine.

Les 31 journalistes et les 7 blogueurs listés sont originaires de la Bulgarie, l’Estonie, l’Allemagne, la Hongrie, Israël, le Kazakhstan, la Lettonie, la Macédoine, la Moldavie, la Pologne, la Russie, la Serbie, la Slovaquie, l’Espagne, la Suisse et le Royaume-Uni.

La liste initiale contenait les noms de trois journalistes de la BBC – le correspondant à Moscou Steve Rosenberg, la productrice Emma Wells et le cameraman Anton Chicherov –  qui ont ensuite été retirés.

« Ceci est une décision absurde qui élève les autorités ukrainiennes au rang des ennemis de la liberté de la presse. A leurs yeux, le travail réalisé par la BBC et d’autres journalistes, donnant des informations cruciales sur la crise politique du pays, est devenu un crime », a déclaré le président de la FIJ, Jim Boumelha. “Le décret signé par le président Porochenko est répréhensible. Il atteint la réputation du pays et devrait être annulé sans délai. »

Le Syndicat indépendant ukrainien des médias (IMTUU), affiliée de la FIJ et de la FEJ, a immédiatement demandé au président Porochenko d’expliquer pourquoi celui-ci a inséré des journalistes sur la liste noire.

Nous ne pouvons pas accepter ce genre de censure, a déclaré Mogens Blicher Bjerregård, président de la FEJ. La censure n’est jamais la bonne réponse, que cela soit pour contrer la propagande ou sanctionner des journalistes qui auraient traversé illégalement la frontière russo-ukrainienne. Le bannissement du territoire est tout simplement inapproprié. La paix et le développement de nos démocraties ont besoin d’une liberté de la presse et non pas d’un bannissement des journalistes. Nous, ainsi que la société internationale, devons fermement exhorter le gouvernement ukrainien à lever immédiatement le bannissement du territoire des journalistes nommés.”

La FIJ et la FEJ soumettront ce cas à la plateforme pour renforcer la promotion du journalisme et la sécurité des journalistes du Conseil de l’Europe.

(Crédit Photo: Genya SAVILOV / AFP)