La FEJ était au 13e congrès de la Confédération européenne des syndicats


Le 13e congrès de la Confédération européenne des syndicats (CES) s’est tenu du 30 septembre au 2 octobre, à Paris. Dans la salle de la Mutualité, 500 délégués ont écouté, débattu et voté les rapports sur l’avenir des salariés en Europe et du syndicalisme dans les 39 pays que recouvre la CES. Au sein de cette assemblée, la délégation de la Fédération européenne des journalistes (FEJ) était composée de trois journalistes : Paco Audije (Fape, FeSP), Patrick Kamenka (SNJ-CGT) et Jean-François Cullafroz (CFDT-Journalistes). Mais dans la salle de la Mutualité, la délégation suédoise, forte d’une quinzaine de membres comptait également un confrère en son sein, Jonas Nordling, président du Syndicat des journalistes suédois (Svenska Journalistförbundet). Luca Visentini, le nouveau secrétaire général de la CES, insiste sur la nécessité d’améliorr les conditions de travail des journalistes indépendants.

Le plein emploi pour faire face au chômage, la mise en place d’un socle social commun pour s’opposer au dumping mis en place par les patrons, l’accueil des réfugiés, des personnes migrantes et des salariés étrangers pour faire pièce à la xénophobie et au racisme, l’égalité de traitement entre femmes et hommes dans tous les aspects de la vie de l’entreprise et de la vie quotidienne en général, le renforcement des organisations syndicales avec l’ouverture large aux jeunes et pour créer le rapport de force d’un dialogue social en panne du fait des entrepreneurs, telles sont quelques unes des pistes d’action qui ont été décidées. Et les syndicats de journalistes retrouvent dans cette liste des préoccupations qu’ils partagent avec les salariés d’autres métiers et secteurs professionnels.

Parmi les 90 délégations syndicales nationales et fédérations professionnelles européennes, la Fédération européenne des journalistes était représentée par trois délégués Paco Audige (Fape), Jean-François Cullafroz (CFDT-Journalistes) et Patrick Kamenka (SNJ-CGT). La délégation de la FEJ a approuvé à l’unanimité de ses trois délégués le manifeste d’orientation de la CES. Elle a aussi présenté trois motions, dont une sur la situation des salariés turcs et kurdes a été approuvé par le 13e congrès.

Approche nordique pour les pays anglophones…

Dans la salle était aussi présent Jonas Nordling, président du Syndicat des journalistes suédois. Il explique en anglais l’importance que revêt ce 13e congrès de la Confédération européenne des syndicats pour la Fédération européenne des journalistes.

 … et espagnole pour les pays du Sud

Dans la délégation de la FEJ au 13e congrès de la CES, Paco Audige représentait le Comité de direction de la Fédération européenne des syndicats, où il siège au nom de la Fédération espagnole des associations de journalistes (FAPE) et la Fédération espagnole de syndicats de journalistes (FeSP).

Paco Audije précise en espagnol pourquoi il était important que le FEJ soit présente au congrès de la CES à Paris, devant la caméra de Jean-François Cullafroz.

… sans oublier le français, langue de la diplomatie

La Fédération européenne des journalistes (FEJ) compte trois membres en France: le SNJ et CFDT-Journalistes qui sont membres fondateurs et le SNJ-CGT. Pour ce 13e congrès de la CES, Paco Audije (Fape), Patrick Kamenka (SNJ-CGT) et Jean-François Cullafroz (CFDT-Journalistes) faisaient partie de cette délégation.

Au nom des organisations syndicales français de journalistes, Patrick Kamenka détaille les raisons de la présence des syndicalistes journalistes de la FEJ au 13e congrès de la Confédération européenne des syndicats.

Les journalistes CFDT au pas de leur confédération nationale

Les journalistes CFDT étaient partie prenante de la délégation de la FEJ au congrès de la Confédération européenne des syndicats. Pour eux, c’était une première qui n’était pas étrangère à l’action de leur propre confédération. En effet, la CFDT va intensifier  son action européenne, et par là même sa présence au sein de la CES. D’ailleurs, un des ses membres, Thibaut Weber, ex-responsable syndical étudiant puis représentant des jeunes au sein de la CES, a intégré le secrétariat général de la centrale européenne.

Par ailleurs, nombre des difficultés que rencontrent les journalistes français face à leurs patrons peuvent trouver une solution grâce à l’aide de la Fédération européenne des journalistes. Cela a été le cas, en juin dernier, avec le projet de loi sur la protection des sources des journalistes, mais ce doit être aussi le cas avec les questions d’emploi et de précarité vécues par les journalistes pigistes, ou plus globalement sur le terrain de la restructuration des groupes de presse. On le voit en ce moment avec les licenciements programmés dans le groupe L’Express, ensemble de magazines qui étaient propriété du groupe belge Roularta et a été vendu à Patrick Drahi.

Jean-François Cullafroz, délégué par le CFDT-Journalistes au sein de la Fej revient sur la poursuite de l’action internationale, et notamment européenne, de son organisation.

Courant octobre, les instances des Fédérations européenne et internationale des journalistes mettront la dernière main aux congrès de la FEJ et de la FIJ. La Fédération internationale des journalistes se réunira du 7 au 10 juin, à Angers, alors que la Fédération européenne tiendra son Assemblée élective les 25 et 26 avril, en Roumanie, en Bosnie Herzégovine ou en Géorgie.

Confédérations nationales et européenne solidaires des journalistes

La question de l’emploi et des pigistes, des conditions de travail et de la déontologie devraient être au coeur des débats. Sans négliger bien sûr la démocratie et la liberté de la presse, et le déplacement des travailleurs étrangers, au nombre desquels un nombre certain de journalistes.

En la matière, les syndicats de journalistes pourront compter sur le soutien de leurs confédérations de salariés. C’est le cas pour les journalistes CFDT, auprès desquels Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT a tenu à marquer sa préoccupation pour les journalistes de L’Express et pour la liberté de la presse et le pluralisme des médias.

Une prise de position corroborée par Luca Visentini, le nouveau secrétaire général de la Confédération européenne des syndicats. Pour lui, l’action des syndicalistes journalistes européens est un élément important de l’activité générale de la CES.

(Texte: Jean-François Cullafroz; vidéos: François Dalla-Riva et Jean-François Cullafroz)

(Crédit photo: Berivan Öngörür)