Turquie : 90 journalistes emprisonnés, réagissons !


La Fédération européenne des journalistes (FEJ) s’associe à l’action de solidarité lancée par la Fédération internationale des journalistes (FIJ) en soutien aux journalistes en Turquie et à ses affiliés le Syndicat des journalistes de Turquie (TGS), l’Association des journalistes de Turquie (TGC), DİSK Basın-İş et l’Association des journalistes progressistes (PJA).

L’action fait partie de la campagne de la FEJ et de la FIJ Libérez le journalisme, que les deux fédérations mènent conjointement depuis 2010. L’action consiste en une journée de solidarité le 21 octobre au cours de laquelle les journalistes libres peuvent parrainer des journalistes emprisonnés en Turquie via les réseaux sociaux. L’activité inclut également une pétition en ligne demandant au gouvernement turc de relâcher immédiatement les journalistes emprisonnés et de rouvrir les stations de télévision et de radio.

La Turquie a connu une tentative de coup d’Etat sanglante le 15 juillet, qui a tué plus de 250 personnes et pris pour cible les grandes institutions démocratiques. La FEJ et la FIJ ont condamné sans réserve le coup d’État et l’utilisation de la force contre les citoyens, les journalistes et les entreprises de médias.

Le coup d’Etat manqué a été suivi par la mise en place d’un état d’urgence et de mesures excessives et aveugles pour sanctionner tous les individus soupçonnés d’être liés à la tentative de putch. Les autorités turques sont maintenant en train d’emprisonner les journalistes, de fermer des chaînes de radio et de télévision et de censurer Internet pour tenter de faire taire les critiques. Plus de 90 journalistes sont en prison et plus de 130 médias ont été interdits depuis la mi-juillet. 2500 journalistes ont perdu leur emploi et des mandats d’arrêt ont été délivrés pour des dizaines de travailleurs des médias. Certaines familles de journalistes, vivant dans la clandestinité ou étant en fuite, ont été arrêtées et forcées à se rendre.

Toutes les atteintes à la liberté de la presse en Turquie ont été dénoncées par la FEJ et la FIJ sur la plateforme du Conseil de l’Europe pour la protection du journalisme et la sécurité des journalistes.

Le secrétaire général de la FIJ Anthony Bellanger a indiqué: “Nous lançons aujourd’hui une action de solidarité et de parrainage. Les journalistes en Turquie doivent pouvoir dire la vérité et travailler librement. La communauté internationale des journalistes est scandalisée par la façon dont la liberté de la presse a été salie dans le pays et nous souhaitons envoyer un message de soutien à nos collègues emprisonnés. Le président Erdogan doit prendre toutes les mesures nécessaires pour permettre aux journalistes de travailler sans menace, sans harcèlement et sans peur d’être emprisonnés”.

#FreeThemAll

Crédit photo : PM/FIJ