La fermeture de L’Hebdo, un nouveau coup dur pour la presse romande


Le dernier numéro de L’Hebdo paraîtra le 2 février. Le groupe Ringier Axel Springer (RAS) a annoncé lundi 23 janvier son intention de cesser la publication du magazine suisse romand en raison d’une « situation économique déficitaire permanente ». La Fédération européenne des journalistes (FEJ) se joint à ses affiliés suisses, syndicom et impressum, pour témoigner sa solidarité avec les employés de l’hebdomadaire et dénoncer les conséquences de cette fermeture sur la diversité de la presse, le journalisme d’enquête et l’avenir du journalisme en Romandie.

Dans leurs communiqués, syndicom et impressum affirment que 37 postes sont menacés par cette décision et s’inquiètent des conséquences sur les emplois de l’imprimerie de Zofingue. Les syndicats suisses demandent ainsi au groupe de tout faire pour trouver un repreneur. Une pétition a également été lancée par la rédaction pour demander des plans de financement alternatifs pour la survie ou la reprise du titre.

Le directeur d’impressum Urs Thalmann a déclaré : « L’hebdomadaire L’Hebdo est une plate-forme précieuse pour le journalisme d’investigation dans la région. Nous sommes consternés par l’annonce de sa disparition. La diminution de postes met aussi en péril les conditions de travail et la qualité journalistique au Temps. Nous sommes prêts à participer aux réflexions de la classe politique et des représentants de la société civile afin de trouver une solution pour sauver ce magazine et les emplois, et nous demandons à Ringier Axel Springer de se joindre à ce dialogue ».

Cette décision intervient alors que des licenciements ont été décidés l’année passée dans deux journaux du groupe Tamedia, la Tribune de Genève et 24Heures.