Prix Omar Aourtilane en vecteur de solidarité avec les journalistes turcs


Le quotidien arabophone algérien El Khabar a décidé d’attribuer cette année son prestigieux Prix international Omar Aourtilane pour la liberté de la presse au syndicat des journalistes des Turquie (TGS, membre de la FIJ-FEJ) en solidarité avec les journalistes emprisonnés et/ou poursuivis par la justice turque pour leurs activités journalistiques.

La dix-huitième édition de la cérémonie s’est déroulée à Alger le 7 décembre 2017 au siège de la chaîne de télévision KBC, appartement au groupe privé algérien El Khabar, en présence du journaliste Zoubir Souissi qui présidait le jury assistés du journaliste Kaddour Hamlaoui (France 3) et de Zakia Aourtilane, la secrétaire générale du prix international. “Le prix international Omar Aourtilane est, avant tout, un acquis de la liberté de la presse! Mieux ce prix veut stimuler l’écrit journalistique et récompenser l’effort rédactionnel du journaliste”, a déclaré le président du jury en dévoilant le nom du lauréat.
Invité à Alger pour reception le prix, Gökhan Durmus (président du TGS) n’a malheureusement pas pu assister à l’événement en raison des complications bureaucratiques imposées par les autorités  algériennes. “Je tiens néanmoins à remercier du fond du coeur nos confrères algériens d’avoir pensé aux journalistes turcs pour l’attribution du prix international Omar Aourtilane. Il s’agit d’une reconnaissance très importante pour notre syndicat et aussi un soutien moral majeur pour l’ensemble des journalistes emprisonnés en ce moment en Turquie. C’est aussi une belle reconnaissance, en plus en provenance d’un pays comme l’Algérie, pour le travail difficile que notre syndicat des journalistes de Turquie (TGS) accomplit chaque jour avec l’aide de la Fédération internationale et européenne des journalistes (FIJ-FEJ) en faveur des journalistes en difficulté dans ce pays”, a déclaré M. Durmus.

Le prix symbolique a été remis au TGS accompagné des articles issus de la presse quotidienne algérienne.

Le prix international Omar Aourtilane porte le nom du journaliste-cofondateur du quotidien arabophone El Khabar assassiné le 3 octobre 1995 en plein centre-ville d’Alger.  Auteur d’O paix, montre-toi, titre de son dernier billet signé de son pseudonyme habituel Boudjemâa, Omar Aourtilane évoquait le désespoir du citoyen algérien pris entre le chantage des terroristes et celui du pouvoir.