Le Conseil de l’Europe publie des recommandations pour lutter contre les fausses informations


Le comité directeur des médias et de la société de l’informations (CDMSI) s’est réuni du 5 au 8 décembre 2017 pour discuter d’une série de recommandations pour les membres de la Fédération européenne des journalistes (FEJ).

Une étude de Claire Wardle et Hossein Derakhshan, commissionnée par le Conseil de l’Europe et publiée le 31 octobre 2017, met en lumière les différents aspects de ce que les auteurs appellent le “chaos informationnel” (et non “fake news”). Ils distinguent trois types d’information préjudiciable : la mésinformation, lorsqu’on transmet une information erronée sans intention de nuire ; la désinformation, lorsqu’on transmet une information que l’on sait erronée dans l’intention de nuire ; et l’information malveillante, lorsqu’on partage une information vraie dans l’intention de nuire, souvent en rendant publics des éléments censés rester confidentiels. Parmi les acteurs appelés à agir, outre les fournisseurs de contenu et les autorités publiques, les médias sont tenus de renforcer leur conduite déontologique et procéder à une stricte vérification des faits.

Le rapport donne un aperçu des initiatives concrètes et des projets de recherche menés dans ce domaine, en soulignant la nécessité de conduire d’autres travaux de ce type, notamment sur la manière dont les individus interprètent et utilisent l’information au quotidien. Il attire également l’attention sur le risque que le public se méfie de plus en plus, à l’avenir, des informations publiées en ligne.

Les autres points abordés par le CDMSI concernent notamment un Projet de recommandation sur le pluralisme des médias et la transparence de leur propriété. Les autres textes d’importance pour les journalistes sont une étude sur l’utilisation de l’internet dans les campagnes électorales et un projet d’étude sur la couverture médiatique des élections avec un accent particulier sur l’égalité des genres.

Enfin, il est à noter que le Conseil va créer deux nouveaux groupes d’experts sous l’égide du CDMSI : le « MSI-AUT », chargé de la dimension des droits de l’homme des techniques automatisées de traitement des données (algorithmes) et leurs implications réglementaires possibles, et le « MSI-JOQ » consacré au journalisme de qualité dans l’ère du numérique. Actif pendant 2 ans (2018-2019), le MSI-JOQ aura pour mission de préparer un projet de recommandation du Comité des Ministres sur la « promotion d’un environnement propice à un journalisme de qualité à l’ère numérique » et d’une étude sur un « éventuel instrument normatif concernant la promotion de l’éducation aux médias et à l’information dans l’environnement numérique ». La FEJ pourra y être représentée (sans droit de vote).

L’étude complète est disponible en ligne ici (seulement en anglais actuellement)

Photo credit: Council of Europe