Suisse: les plateformes payeront pour l’usage des contenus éditoriaux


Les deux affiliés suisses de la FEJ, impressum et syndicom, ont salué “une avancée sans précédent dans la révision du droit d’auteur” en Suisse.

Le 12 février, la Commissions de la science, de l’éducation et de la culture CSEC du Conseil des Etats a tranché en faveur d’une rémunération des contenus rédactionnels des journalistes et des éditeurs par les grands plateforme actives sur Internet.

“C’est une avancée sans précédent dans le domaine du droit d’auteur et une réponse forte à la crise que traversent des médias”, relèvent impressum et syndicom. Les deux affiliés suisses de la FEJ expliquent que la coordination entre éditeurs et organisations représentatives des journalistes a eu pour résultat l’obtention d’un droit à rémunération des contenus rédactionnels pour les journalistes et les éditeurs, par les grands acteurs d’Internet comme Google.

Concrètement, la CSEC a adopté deux propositions déposées par la conseillère socialiste Géraldine Savary qui prévoient un droit à la rémunération collective pour les journalistes et un droit de protection pour les éditeurs si du contenu rédactionnel est publié par des plateformes sur Internet. “Cette décision va dans le bon sens et pourrait mettre une limite à la vie de pacha de ces grands groupes qui vivent de ces contenus sans jamais ne rien débourser”, commentent impressum et syndicom.

La CSEC suit ainsi la politique de l’Union européenne qui débat actuellement d’une directive prévoyant de tels droits pour les journalistes et les éditeurs à l’égard des grandes plateformes d’Internet.

impressum et syndicom appellent le plenum du Parlement fédéral suisse à entériner la proposition de sa Commissions de la science, de l’éducation et de la culture.

“La Fédération européenne des journalistes se réjouit de voir la Suisse montrer l’exemple à suivre à l’Union européenne. Nous espérons, aux côtés de nos affiliés impressum et syndicom, que le Parlement suisse confirmera au plus vite la proposition de Géraldine Savary. Il est grand temps que les plateformes d’Internet rémunèrent les journalistes pour leur travail, alors qu’elles font des profits depuis des années sur le dos des professionnels de l’information. Cela doit cesser”, insiste le secrétaire général de la FEJ, Ricardo Gutiérrez.

Crédit photo: FEJ.