FEJ FOCUS, septembre 2015


EDITO de Mogens Blicher Bjerregård, président de la FEJ

La lettre d’information de la FEJ est disponible en français, anglais et allemand

Non au harcèlement des femmes journalistes

Le harcèlement, les menaces et les agressions en ligne des femmes journalistes étaient à l’ordre du jour de la réunion d’experts organisée par Dunja Mijatovic, la Représentante de l’OSCE pour la liberté des médias, le 17 septembre, à Vienne. Les experts, des professionnels des médias, des dirigeants de l’organisation et des représentants gouvernementaux, ont condamné le harcèlement en ligne et la violence à l’égard des femmes journalistes. La réunion visait également à envoyer un signal à la communauté journalistique sur l’importance d’aborder urgemment cette question souvent délaissée.

Le récit des femmes journalistes sur les menaces dont elles ont été les victimes est alarmant. Arzu Geybulla, une journaliste azerbaïdjanaise travaillant en Turquie, a témoigné de son expérience : un harcèlement commis en public par un représentant de l’Azerbaïdjan à la Journée mondiale pour la Liberté de la Presse, à Riga, les personnes présentes restant sans réaction.

En tant que journalistes, nous devons nous mobiliser pour nos consoeurs et faire entendre leur voix. Nous avons tous le devoir de nous opposer à ces abus. La FEJ fait sa part du travail en encourageant ses membres à promouvoir des réunions régulières sur le harcèlement au sein des salles de rédaction et à développer un système de soutien dans lequel les victimes pourront signaler les cas de harcèlement. Nous ne devons pas isoler les journalistes indépendantes qui ont aussi besoin de notre soutien.

Qu’ils se manifestent en ligne ou pas, le harcèlement et la menace doivent être traités d’une même façon. Les auteurs doivent être poursuivis en justice afin de prévenir de futures violations. Comme l’un des intervenants l’a cité: Les abus en ligne ne sont pas un problème de l’Internet, ils sont un problème de société qui doit être abordé globalement.

Inscrivez-vous à notre lettre d’information.