Belgique: le service de presse du Premier ministre menace un journaliste


La Fédération européenne des journalistes (FEJ) a dénoncé, ce dimanche, au Conseil de l’Europe, les tentatives d’intimidation répétées du cabinet du Premier ministre belge, Charles Michel, à l’encontre d’un journaliste de la chaîne de télévision publique belge, la RTBF, dans le cadre de la couverture de la visite d’Etat controversée du président turc Recep Tayyip Erdoğan.

Les faits remontent à mardi, mais ils n’ont été rendus publics que ce samedi, dans l’émission de la RTBF « 7 à la Une »:

http://www.rtbf.be/video/detail_erdogan-a-bruxelles-le-contrechamp-de-7-a-la-une?id=2050179

Le président Erdoğan et le Premier ministre Charles Michel se sont adressés à la presse, mardi, au château de Val Duchesse, en interdisant aux journalistes de poser des questions. « Ce genre de communication unilatérale devrait tout simplement être boycotté par la presse », réagit Ricardo Gutiérrez, Secrétaire général de la FEJ. « Les journalistes sont là pour poser des questions au nom de la société civile. Les museler est un réflexe pitoyable ».

Le journaliste de la RTBF, Tristan Godaert, a brisé le silence en tentant d’interpeller le Premier ministre belge. Sans succès. Plus tard, alors que M. Erdoğan s’installait dans sa voiture officielle, une autre journaliste de la RTBF, Aline Delvoye, lui a demandé pourquoi le journaliste Mohammed Ismael Rasool était toujours détenu en Turquie. Aucune réponse.

Les images de la RTBF montrent ensuite le porte-parole de l’ambassade de Turquie à Bruxelles, Veysel Filiz, commenter les « incidents » avec l’attachée de presse de M. Michel, Aurélie Czekalski. Cette dernière lance une première menace au journaliste de la RTBF: « J’enverrai un mail à Jean-Pierre Jacqmin (NDLR: le directeur de l’information de la RTBF). Si ça passe, on a un sérieux problème ».

Le porte-parole de M. Michel, Frédéric Cauderlier, menace à son tour Tristan Godaert: « Le truc n’a pas intérêt à passer sur antenne. C’est clair? Si elle (NDLR: Aurélie Czekalski) est dans le sujet, c’est une erreur grave et ça ne restera pas sans suites. Tu as envie de travailler comme ça? Continue à travailler comme ça, mais ça ne durera pas longtemps avec nous. Je te le dis franchement ».

Dans l’entourage du Premier ministre belge, on met en cause le comportement présumé du journaliste: « Il n’a pas arrêté de nous filmer contre notre gré »

« La couverture d’une visite d’Etat suppose évidemment des contraintes pour les journalistes, convient Ricardo Gutiérrez. Il y a des règles à suivre. Mais en aucun cas un éventuel écart – qui reste à démontrer – ne justifie de telles menaces. Nos confrères de la RTBF ont eu raison de briser le silence imposé aux journalistes. Et ils ont eu raison de filmer en caméra discrète les propos des membres du cabinet de M. Michel, qui témoignent d’une attitude inqualifiable à l’égard de la presse. Ces images sont incontestablement d’intérêt public. Il fallait les montrer. Elles valent à la Belgique un nouveau signalement sur la Plateforme en ligne du Conseil de l’Europe pour la protection du journalisme« .

Lire notre signalement: ici.

(Images: RTBF)