Catalogne: appel au respect de la déontologie journalistique


La Fédération européenne des Journalistes (FEJ) s’associe au Syndicat des Journalistes de Catalogne (SPC, membre de la FeSP) pour lancer un nouvel appel aux médias, tant publics que privés, à respecter pleinement la déontologie professionnelle dans le cadre de la couverture des événements en Catalogne.

La FEJ et le SPC rappellent que l’impératif professionnel de respect de la vérité prime sur les lignes éditoriales et les positionnements politiques. Le Code de Principes de la FIJ sur la Conduite des Journalistes l’affirme clairement, en son premier article: « Respecter la vérité et le droit que le public a de la connaître constitue le devoir primordial du journaliste ». Les citoyens ont droit à une information véridique, de qualité et pluraliste.

« Le droit d’accès à l’information est un droit fondamental garanti par la Convention européenne des droits de l’homme », rappelle le secrétaire général de la FEJ, Ricardo Gutiérrez. « Seule une information pluraliste et honnête permet de garantir ce droit à l’information ».

FEJ et SPC partagent la conviction qu’il est tout à fait légitime, pour un média ou un journaliste, d’exprimer ses opinions et de s’inscrire dans une ligne éditoriale particulière, mais qu’il ne faut pas pour autant mentir, manipuler les faits ou déformer la réalité.

Les deux organisations rappellent par ailleurs que les médias publics ont la responsabilité spécifique de respecter le pluralisme des idées et d’être au service des citoyens. Pas au service du gouvernement.

FEJ et SPC demandent aux journalistes qui feraient face à des pressions politiques ou managériales de les dénoncer auprès de leurs organisations représentatives.

FEJ et SPC demandent par ailleurs à l’Union européenne d’appeler les autorités publiques espagnoles et catalanes à engager un réel dialogue politique, en vue d’éviter toutes nouvelles manifestations de violence.

De retour d’une mission à Barcelone, mercredi et jeudi, Ricardo Gutiérrez, qui a eu l’opportunité de débattre de la situation avec plusieurs syndicalistes, journalistes et représentants de la société civile, se déclare inquiet par l’escalade de provocations politiques, de part et d’autre, et de leur impact sur les médias: « Une guerre de l’information fait rage à Madrid et à Barcelone. La situation n’est pas sans rappeler la manipulation de l’information dans les médias russes et ukrainiens, au plus fort de la crise ukrainienne. J’ai notamment été frappé par le manque de transparence total des autorités catalanes sur les victimes de la répressioin policière du référendum, de même que par la couverture complaisante, par certains médias, de l’inacceptable arrestation de deux dirigeants indépendantistes pour prétendue « sédition ». Les journalistes ne sont pas des soldats de l’information! Nous saluons toutes celles et tous ceux qui arrivent à garder le cap déontologique dans ce contexte de manipulation et de polarisation extrême ».

Version espagnole: ici.

Crédit photo: Pau Barrena / AFP.