Fédération européenne des journalistes

Charlie Hebdo : halte aux menaces contre Zineb El Rhazoui et son mari


Les syndicats français de journalistes, SNJ, SNJ-CGT et CFDT-Journalistes, et le Syndicat National de la Presse Marocaine (SNPM), organisations membres de la Fédération internationale des journalistes (FIJ) et de la Fédération européenne des journalistes (FEJ), dénoncent avec force les menaces de mort lancées à partir d’un compte Twitter contre la journaliste Zineb El Rhazoui, qui collabore à « Charlie Hebdo », ainsi que contre son mari, l’écrivain marocain Jaouad Benaissi (voir ci-dessous la lettre de Zineb El Rhazoui aux autorités marocaines).

Quelques semaines après la tuerie perpétrée à Paris contre l’équipe de Charlie Hebdo, et encore ce week-end après les attaques à Copenhague, ces appels au meurtre montrent que les inspirateurs de ces discours de haine n’ont pas désarmé.

Leur but est de mettre fin au droit d’expression et de bâillonner la liberté de la presse et de faire peur aux journalistes.

En réponse aux attentats de Charlie, quatre millions de citoyens en France ont manifesté pour condamner ces meurtres de sang froid en plein Paris, mais aussi pour empêcher qu’une chape de plomb s’abatte sur le droit des journalistes à utiliser leurs crayons, leurs plumes ou leurs écrans, leur micros et leurs caméras sans autocensure et sans remettre en cause le droit au blasphème.

Aujourd’hui, Zineb El Rhazoui et son mari sont visés. Les menaces sont accompagnées de la photo et d’informations sur le domicile et le lieu de travail de son mari, et diffusées sur le réseau social.

Les syndicats français, membres de la FIJ et de la FEJ, appellent à la solidarité envers notre consoeur et son mari. Ils exigent des autorités en France qu’elles prennent urgemment toutes les mesures nécessaires pour assurer la protection de notre collègue et faire taire ces appels ignominieux à tuer une journaliste.

Pour sa part, le Syndicat National de la Presse Marocaine (SNPM), qui exprime sa solidarité avec Zineb EL Rhazoui et son mari Jaouad Benaissi contre toutes menaces terroristes, considère que ces attaques sont dans le droit fil des actes barbares, perpétrés contre les journalistes de Charlie Hebdo, et contre la liberté de la presse, de la pensée libre et critique.

Le SNPM demande aux autorités marocaines et françaises de mettre en œuvre toutes les mesures pour assurer la protection de l’intégrité physique de la journaliste et de son mari, face à un vrai danger.

L’appel de Zineb El Rhazoui au chef du contre-espionnage marocain

NON A LA TERREUR !

Mon statut s’adresse à M. Abdellatif Hammouchi. Nous autres marocains, n’avons aucun interlocuteur au sein de l’Etat, nous ne connaissons pas les portes de nos institutions, puisque nous n’avons pas l’habitude qu’elles s’ouvrent devant nous. Alors, comme beaucoup de mes compatriotes, j’en suis réduite à interpeller un responsable de mon pays sur Facebook.

M. Hammouchi, vous venez de recevoir la Légion d’Honneur de la main du ministre de l’Intérieur français M. Bernard Cazeneuve lors de sa visite à Rabat. Cette décoration vous a officiellement été décernée pour vos efforts fournis en matière de lutte contre le terrorisme. Ce soir, un Hashtag Twitter qui prend de plus en plus d’ampleur nous menace de mort, mon mari et moi, de façon explicite. Des photos de mon mari, son lieu de travail, des indications sur sa géolocalisation, ainsi que différentes suggestions sur la façon de nous « liquider », ont été publiés.

Je parle de mon mari, car il se trouve que je suis ressortissante française. En France, pays qui vous a décoré de la Légion d’Honneur, les instances les plus hautes de l’Etat sont mobilisées à chaque fois qu’un citoyen français est la cible, ne serait-ce que du dixième des menaces dont mon mari fait l’objet. Mon mari, lui, est marocain. Pourra-t-il se rendre demain sur son lieu de travail, sachant que des centaines d’identités virtuelles se revendiquant de Daech l’ont révélé sur les réseaux? Mon mari a déjà déposé plainte, il y a quelques jours, pour menaces de mort téléphoniques. Depuis, il n’a remarqué aucun dispositif de sécurité particulier autour de lui.

Je vous interpelle directement, car le Maroc ne donne à ce jour aucune garantie quant à la prise au sérieux des menaces qui visent les personnes, et mon mari en particulier. Mon mari est-il en sécurité M. Hammouchi? Bénéficie-t-il d’une protection, d’une écoute, d’une prise en compte des menaces, d’une évaluation du risque? Ici en France, ce dispositif va de soi lorsque des organisations terroristes menacent une personne en particulier.

Vous, M. Hammouchi, et l’Etat marocain, êtes responsable de la sécurité de mon mari. Toutefois, mon mari, moi, nos proches, nos amis, et plus globalement toute personne inquiète de la gangrène terroriste dans le monde, commençons à être inquiets de l’absence de la moindre manifestation de vos services pour protéger nos compatriotes menacés, et mon mari, ce soir, en fait partie plus que tout autre.

(Crédit photo: Martin Bureau/AFP)