Belgique : Défendre les droits des journalistes dans un Etat fédéral


Ce samedi 28 février 2015, l’Association des journalistes professionnels (AJP, représentant les journalistes établis dans les régions francophone et germanophone de Belgique), ainsi que le Vlaamse vereniging van journalisten (VVJ, représentant les journalistes établis dans la partie néerlandophone de Belgique), affiliés de la FEJ via leur structure fédérale AGJPBAVBB, ont tenu leur congrès annuel à la Maison des journalistes de Bruxelles.

Particularité belge par rapport aux autres pays européens, l’AJP et la VVJ ne sont pas des organisations syndicales classiques, ces associations ont le statut d’unions professionnelles à but non lucratif. Elles sont considérées par les autorités, ainsi que par les autres organisations de la société civile, comme les représentantes légitimes des journalistes professionnels et elles peuvent être impliquées dans la négociation de conventions collectives pour les journalistes et les professionnels des médias au sein des entreprises médiatiques publiques ou privées.

Selon les derniers chiffres publiés par l’AJP pendant le congrès, la Belgique compte officiellement 5 359 journalistes professionnels sur son territoire, dont 2 043 font partie de l’AJP, 550 sont des correspondants étrangers (installés en Belgique francophone), 22 sont des correspondants de presse locaux, 531 sont des stagiaires, 87 sont des étudiants en journalisme affiliés à l’AJP et 79 sont des membres honoraires. Le taux d’affiliation des journalistes à l’AJP atteint les 76 %.

L’AJP et la VVJ ont chacune élue 21 nouveaux membres de leur Conseil de direction qui vont siéger pour les quatre prochaines années et ceux-ci éliront indirectement les 14 membres pour au niveau fédéral à l’AGJPB-AVBB. 42 % des membres du nouveau Conseil de direction de l’AJP sont des journalistes femmes, soit un taux plus élevé que le pourcentage de femmes dans la profession.

“Nous devons redoubler d’efforts dans la lutte contre la précarité des conditions de travail et contre l’autoritarisme qui sévit dans le secteur médiatique », a déclaré François Ryckmans, journaliste à la RTBF (audiovisuel public francophone belge) et Président réélu à la tête de l’AJP. Pour la VVJ, c’est Kris Van Haver (journaliste au quotidien De Tijd) qui a été élu à la vice-présidence, alors que le président du côté néerlandophone sera nommé à une date ultérieure.

Les membres de l’AJP ont également reçu un briefing exclusif sur la nouvelle plateforme pour les journalistes freelances (http://journalistefreelance.be/) qui devrait être officiellement lancée par l’AJP à la fin du mois de mars. Cette nouvelle initiative offrira un calculateur de piges pour les journalistes freelances qui s’appuiera sur deux critères (l’étendue médiatique et l’expérience du journaliste freelance). La plateforme soutiendra également le développement personnel des membres, offrira de nouvelles perspectives de piges dans le secteur médiatique et garantira au public le respect des valeurs éthiques du journalisme.

Ivan Declercq (membre de la VVJ et du groupe d’experts de la FEJ) a partagé une importante information (en néerlandais) à propos de la question des droits d’auteur : « Selon Johan Van Overtveldt (ministre belge des Finances), les journalistes freelances peuvent facturer à 100 % en droits d’auteur à condition que cette clause soit rédigée dans le contrat et que les montants ne soient liés qu’au transfert de ces droits et non à une quelconque prestation. »
(Photo Crédit : Marc Simon / AJP)