Espagne: intimidation policière et censure


La Fédération européenne des Journalistes (FEJ) condamne l’intervention de la police, ce vendredi, à la rédaction du quotidien “Publico”, à Madrid.

Des agents de la police judiciaire se sont présentés, ce 24 juin, à la rédaction de “Publico”,  afin d’obtenir l’enregistrement de conversations entre le ministre espagnol de l’Intérieur, Jorge Fernandez Diaz (notre photo), et le directeur de l’Office anticorruption de Catalogne, Daniel de Alfonso.

Le quotidien est à l’origine de la révélation le mardi 21 juin, de ces conversations du 2 et du 16 octobre 2014 qui sont jugées compromettantes pour le ministre.

Ne disposant pas d’un mandat délivré par un juge, les policiers n’ont pas pu saisir les enregistrements. “L’amateurisme manifeste de cette intervention suggère qu’on a ici affaire à une intimidation pure et simple”, commente le secrétaire général de la FEJ, Ricardo Gutiérrez.

Par ailleurs, le 22 juin, le Conseil indépendant de l’information de la chaîne de télévision publique espagnole TVE a demandé la démission immédiate de la direction de l’information et du directeur de TVE, les accusant d’avoir censuré la diffusion d’extraits des enregistrements, dans le cadre du journal télévisé.

Jeudi, le personnel de TVE a organisé une manifestation sous le slogan “Pas en mon nom”. Ils estiment “intolérable” que TVE ait été la seule chaîne de télévision du pays à ne pas avoir diffusé d’extraits des enregistrements.

La FEJ a dénoncé ces faits sur la Plateforme du Conseil de l’Europe pour la protection du journalisme.

(Crédit photo: Thierry Charlier / AFP)