Belgique: Une nouvelle ONG pour défendre journalistes et lanceurs d’alerte contre toute intimidation


En Belgique, face à la multiplication des attaques et des intimidations envers les journalistes d’investigation ou des lanceurs d’alerte, plusieurs personnalités ont décidé d’agir en créant ce mardi 06/02/2019 une association sans but lucratif baptisée Xpress. Pour faire taire le ou la journaliste qui dérange le pouvoir, la tactique souvent utilisée est de noyer la personne de procédures judiciaires, demandant en réparation des sommes souvent faramineuses. Ce phénomène semble avoir pris des proportions inquiétantes à tel point que la Fédération européenne des journalistes (FEJ) a décidé de dénoncer les faits dans une alerte au Conseil de l’Europe dans le cadre du harcèlement judiciaire dont sont victimes les journalistes d’investigation David Leloup (Le Vif/L’Express) et Tom Cochez (Apache).

 

L’initiative belge d’Xpress s’inscrit dans un contexte européen extrêmement préoccupant, la directive de protection des lanceurs d’alerte instaure des conditions trop restrictives à leur protection et à la divulgation aux médias. Par ailleurs, le dernier rapport Monitoring Media Freedom relève qu’à la fois l’intimidation des journalistes est en recrudescence en Europe mais surtout les responsables de ces atttaques jouissent d’une impunité face à la justice qui ne les poursuit pas. Que les journalistes organisent eux-mêmes leur défense et leur riposte est une conséquence du vide laissé par la justice.

L’association Xpress est fondé par des journalistes belges : Thierry Denoël (Le Vif/L’Express), Mehmet Koksal (jounaliste), Bram Souffreau (Apache) qui veulent avant tout créer une structure qui agisse en complément des services déjà fournis par l’AJP-VVJ (affiliés de la FEJ). L’initiative a également bénéficié du patronage de son alter ego italien, Ossigeno per l’Informazione représentée la journaliste Maria Laura Franciosi. Celle-ci a lu une lettre de soutien d’Alberto Spampinato (Ossigeno) adressée aux fondateurs d’Xpress.

La mission première d’Xpress sera de sensibiliser et d’informer l’opinion publique sur les menaces et les actes d’intimidation à l’égard des journalistes. La deuxième mission est d’offrir un soutien juridique, technique et financier aux journalistes et lanceurs d’alerte “qui, souvent, a tendance à nous accuser d’être trop proche du pouvoir” explique Thierry Noël (Le Vif/L’Express). La troisième est de susciter des enquêtes complémentaires à l’instar du Daphne Project au niveau européen poursuivant les investigations d’une journaliste maltaise assassinée suite à ses révélations. Enfin, la quatrième mission est de soutenir le lobbying de l’AJP et de la FEJ auprès des autorités publiques en vue de garantir le droit du public à l’accès à l’information.

Xpress a lancé un premier appel public au don pour soutenir les journalistes Tom Cochez (Apache) et David Leloup (Le Vif).

Photo Credit : FEJ