Fédération européenne des journalistes

Turquie : La FEJ soutient les journalistes de l’AFP à Istanbul dans leur 7e jour de grève

Crédits : TGS

Les journalistes de l’Agence France-Presse (AFP) à Istanbul sont entrés dans leur 7e jour de grève pour demander des salaires plus élevés face à la flambée des prix. La Fédération européenne des journalistes (FEJ) exprime son soutien aux journalistes en grève et demande à l’AFP d’accorder sans plus attendre des salaires décents à ses employés. Un salaire juste n’est pas un privilège, mais un droit.

Le syndicat des journalistes de Turquie (TGS) a commencé la grève le 3 mai, à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, après avoir échoué à trouver un accord avec la direction de l’agence de presse mondiale, basée à Paris.

Les journalistes revendiquent une augmentation des salaires pour compenser l’inflation ainsi qu’un mécanisme de protection pour compenser l’érosion de la livre turque.

Le président du TGS, Gökhan Durmuş, a déclaré que les négociations avec l’AFP duraient depuis plus de trois mois, mais que l’entreprise avait ignoré les demandes liées à la crise économique qui a profondément affecté tous les travailleurs en Turquie :

« Nous avons fait tous les efforts possibles pendant les négociations collectives pour mettre fin à ce processus à la table des négociations. Cependant, nous n’avons pas pu persuader l’employeur d’accepter notre proposition visant à empêcher l’érosion de nos salaires. La Turquie est confrontée à une grave crise économique. Les hausses de prix sur les produits de consommation de base presque tous les jours causent un grave problème de subsistance. Nous exprimons en pourcentage de 300 les hausses de prix des produits de consommation les plus élémentaires et des loyers des logements au cours de l’année écoulée », a-t-il déclaré.

Les syndicats de journalistes en France ont partagé des messages de solidarité sur Twitter pour soutenir leurs collègues turques dans leur lutte pour un salaire décent.